top of page

Quand chante la terre !

J’ai toujours beaucoup aimé les carillons à vent. J’aime leur côté aérien et la fluidité de leur son. Ce sont des objets qui invitent au rêve. L’esprit se détache et se laisse emporter. Ils portent également à la méditation, au retour sur soi, en soi. Leur mouvement nous entraîne loin et leur son nous ramène au centre.

J’avais envie de créer des objets dansants et musicaux. Je voulais qu’ils puissent également être utilisés comme parure de mur, qu’ils offrent à voir des éclats de paysages, sorte de puzzle invitant à l’errance. C’est ainsi que j’ai commencer à fabriquer avec du grès, parfois de la porcelaine et plus récemment de la faïence ces carillons à vent. Je fabrique les petites tuiles avec des terres de caractère, je façonne chaque petite pièce que je perce et ponce ensuite. Parfois je les décore avec des engobes. Je laisse se faire le mouvement du pinceau de façon naturelle, il cherche son trait selon la forme de la pièce sans désir préétabli.

Je sais qu’une fois cuites, on pourra apercevoir des motifs sur ces tuiles.

Ensuite je les assemble et les noue en des guirlandes de différentes longueurs. C’est un travail minutieux et un peu fastidieux, j’utilise du lin ciré pour cela.

Puis j’assemble le tout sur un portant à la forme évocatrice, pour se faire je n’utilise pas du bois flotté mais du bois mort ramassé dans des garrigues ou des causses. érodé, évidé par le vent et les intempéries. Il s’agit essentiellement de bois ligneux et nerveux provenant d’arbrisseau comme le cade, le ciste, le genévrier, la bruyère ou de plus grands arbres, le pin marîtime, le cède, le platane... selon mes rencontres. J’aimerais que mes carillons à vent fassent voyager et apportent de la paix à celles et ceux qui les acquerront. Leur chant rappelle celui des sonnailles, il est doux comme le son des troupeaux que l’on entend au loin dans la montagne. De structure légère, ils peuvent facilement être installés à l’intérieur contre un mur qu’ils décoreront de façon originale et naturelle ou à l’extérieur sur une terrasse, sous un porche, une tonnelle. Je trouve qu'avoir chez soi un carillon à vent en terre cuite et bois sauvage apporte une bonne vibration et peut doucement dynamiser un espace.









Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page